vive internet

  • Stupeur et tremblements

    Non, se dit l'Adrienne en lisant dans le journal que le premier août, une firme américaine implante un "chip" dans la main de son personnel. 

    Non, se dit-elle, je ne veux pas vivre comme ça. Même si ça permet d'ouvrir automatiquement les portes de l'entreprise, de faire marcher l'ordi et la photocopieuse, de payer à la cafétéria... 

    Puis sa stupeur passe à la vitesse supérieure quand elle lit, en fin d'article, qu'une firme belge le fait depuis décembre dernier.  

    chip.jpeg

    source de la photo et article de décembre dernier ici 

    Le tatoueur qui les implante comme un piercing entre pouce et index prétend qu'il l'a déjà fait chez plus de 450 personnes, aussi bien des particuliers que du personnel d'entreprises, principalement pour une utilisation en domotique. 

    Les Belges étant de doux dingues, leur "chip" servira à leur donner la météo ou l'état des routes et leur permettra de se connecter à leur "playlist" sur Spotify... 

     

  • J comme Joe, jeu et je me souviens

    Je me souviens qu'avec mon père il y avait du sport à la radio toute l'année. 

    Je me souviens que le premier janvier, quand la famille était réunie pour le nouvel an dans la chapellerie familiale, mon père et son frère étaient collés à la télé devant le saut à ski à Garmisch-Partenkirchen. Je me souviens que je ne comprenais pas ce que ça pouvait avoir de si passionnant ni pourquoi ils faisaient de grands "chut", alors que les noms, la nationalité et les temps étaient affichés à l'écran. 

    Je me souviens que la saison cycliste était une succession de moments forts et de victoires belges: Eddy Merckx, Lucien Van Impe, Freddy Maertens, Roger De Vlaeminck et tant d'autres gagnaient à peu près toutes les courses. 

    DSCI4616 - Copie.JPG

    mon père à 13 ans 

    Je me souviens de cet été où nous avons par hasard croisé une étape du tour de France et où ma mère, cette dame si respectable, si comme-il-faut, si digne, s'est égosillée à hurler des encouragements au passage d'Eddy Merckx. Je me souviens que grand-mère Adrienne trouvait qu'il gagnait trop de courses et qu'il aurait mieux fait d'en laisser pour les autres. 

    Je me souviens de l'admiration de mon père pour une toute jeune gymnaste roumaine qui nous a tous stupéfiés l'été 1976. Je me souviens que j'avais peur à chaque seconde qu'elle se rompe le cou mais son pied se posait toujours aussi miraculeusement que gracieusement sur la poutre. Je me souviens qu'elle savait absolument tout faire à la perfection et voltigeait avec la même souriante facilité sur le tapis ou aux barres asymétriques. 

     

    Je me souviens que sa passion prédominante était le football, probablement parce que c'était le sport dans lequel il avait atteint le meilleur niveau, capitaine de son équipe qu'il a menée au championnat. 

    DSCI4617 - Copie.JPG

    Je me souviens que mon frère n'avait aucune motivation pour les études mais qu'il connaissait parfaitement par cœur les noms, dates de naissance, taille, poids et curriculum sportif de tous les footballeurs des équipes belges, grâce à ses figurines et albums Panini. 

    Je me souviens qu'il me soumettait ses figurines en me demandant de désigner quels footballeurs je trouvais les plus beaux. Je me souviens que de guerre lasse, j'ai désigné un joueur du RWDM qui avait de beaux cheveux blonds tongue-out

    Je me souviens que mon père appréciait Paul Van Himst

    462px-Paul_Van_Himst_1964.jpg

    Paul Van Himst, à l'âge de 21 ans, source de la photo ici 

    Je me souviens qu'un été on est allé voir les matchs de tennis à Westende - Jacky Brichant était venu y soutenir un tournoi en jouant quelques matchs avec des jeunes - et que je n'ai jamais réussi à comprendre les règles de ce sport ni surtout le bizarre comptage des points. 

    Je me souviens que pour moi depuis toujours, le sport est une chose qui se pratique mais qui n'offre aucun intérêt à la vue ni à l'ouïe. 

    *** 

    consigne du jeu
    "Je me souviens du sport, d'athlètes et d'événements sportifs" 
    chez Joe Krapov

  • 20 questions loufoques (2)

    11. Quels mots trouver pour faire l'éloge de la paresse ? 

    Rien ne sert de courir, il faut dormir à point. 

    12. Citez le dernier livre que vous avez lu et le dernier film que vous avez vu, en mêlant les mots de façon à produire deux titres originaux. 

     J'ai la mémoire qui flanche... 

    13. La question 13 vous fait-elle peur ? Pourquoi ? Imaginez une question qui flanque la trouille. 

    Je ne suis pas superstitieuse, je marche sous les échelles et j'aime tous les chats - même noirs - et toutes les araignées - même du matin tongue-out 

    Question qui me flanque régulièrement la trouille: Quoi! on est dimanche midi et le frigo est vide???

    14. De quelle couleur devrait être la prochaine déclaration d'impôt ? 

    Limpide... 

    15. Racontez-moi une loufoquerie que vous auriez aimé faire si vous aviez osé. 

    Aller à l'école avec sur la tête le chapeau boule de mon arrière-grand-père... un jour, j'oserai, je le sens tongue-out 

    16. Quelle musique entendez-vous en ce moment ? (ou aimeriez-vous entendre) 

    Mozart, sonate n°11 en fa majeur, KV 331 

    17. Citez un homme dont le prénom est Alain et une femme dont le prénom est Danielle. 

    Cousin Alain: "à trois ans, on voit déjà à la façon dont l'enfant tient une raquette de tennis s'il sera bon ou pas"
    Danielle la femme de Jacques: "mon fils n'a que huit ans et il est déjà en CM2"
    (malheureusement pour Danielle, l'Adrienne ne savait que très vaguement à quel âge un enfant se retrouve normalement en CM2) 

    18. Monsieur et madame "ça m'gratte quand je dors à cause des couvertures" ont une fille ? Quel est son prénom? 

    Ils ont hésité entre Moltonelle et Flanelle mais se sont finalement décidés pour Couette 

    19. Trouvez-vous que ce questionnaire est trop long ? Quelle question avez-vous préférée ? 

    Joker! je devrais aller voir les 10 premières pour faire un bon choix  

    20. Fermez les yeux et tapez 10 lettres sur votre clavier. Qu'est-ce que ça donne ? 

    cccclf, ,vd  (et encore, je manquais d'inspiration!) 

    ***

    Ce questionnaire est la suite du billet du 20 octobre et est l'oeuvre d'Obni 
    http://www.obni.net/questionnaire/questionnaire 

    jeu,vive internet,musique,mozart

    je préfère garder les yeux ouverts pour voir les incroyables couleurs du ciel 

    cool 

    et les anciennes cheminées d'usine!

  • K comme Krapoverie

    La journée avance et le bus avec les grands-parents n'est toujours pas en vue. Ernest n'a plus un radis et il ne reste quasiment rien du petit pécule de Bernadette. Vont-ils pouvoir planter leur tente quelque part dans les environs? C'est douteux! Ils ont déjà eu l'occasion de remarquer que rien - ou presque - n'est gratuit à Lourdes. 

    - On pourrait essayer les maisons religieuses, propose Bernadette, jamais à court de bonnes idées. Séparément, bien sûr! parce que ça m'étonnerait que les bonnes sœurs acceptent de nous loger ensemble. 

    Où trouve-t-elle encore la force de rire, se demande Ernest, qui devient plus sombre d'heure en heure, lui qui n'était déjà pas franchement gai pendant le voyage. 

    DSCI3987.JPG

    Ils finissent par trouver une congrégation posant pour la photo souvenir comme un jeu de quilles, en quinconce et d'une symétrie tirée au cordeau. 

    - On dirait ma grand-tante Gudule et ses copines, s'esclaffe Bernadette. Celle qui est chez les bonnes sœurs à Lokeren. Attends-moi là, je vais me renseigner. 

    Malheureusement, ce n'étaient pas des Flamandes, mais des Polonaises. 

    - Tant pis, dit Bernadette, retournons dans le centre... 

    DSCI3986 - Copie.JPG

     C'est là qu'ils tombent enfin sur le groupe de touristes belges avec le grand-père, la grand-mère, le chauffeur du bus et un tas d'inconnus: tout le monde pose gravement devant un des autels extérieurs. 

    - Qu'est-ce que je suis contente de vous voir, tous les deux! s'écrie Bernadette en se jetant au cou de son grand-père et de sa grand-mère. Venez que je vous présente Ernest.  

     ernest et bernadette.jpg

    C'est ainsi qu'Ernest, en prenant congé des grands-parents de Bernadette trois jours plus tard, a appris une petite phrase essentielle pour la suite des événements le concernant: 

    - Il faut vraiment que j'y aille, dit-il en remerciant une dernière fois le grand-père. Mes affaires m'attendent! 

    - Ah! s'exclame le grand-père, vous avez bien raison, mon garçon: les affaires, c'est comme les brouettes! Quand on ne les pousse pas, elles s'arrêtent! 

    - Merci, je m'en souviendrai, dit Ernest. 

    ***

    c'est avec cette photo chez Joe Krapov que tout a commencé 

    cool 

    le premier épisode est ici 

    toutes les autres photos proviennent des archives de mes grands-parents

  • D comme déconnexion

    Une des particularités de ma carissima nipotina, c'est le refus d'une connexion internet à domicile. Elle, le téléphone ne lui fait pas peur tongue-out. Et pour d'éventuelles autres utilisations d'internet, elle a sa connexion à son lieu de travail: sa pause déjeuner lui suffit amplement pour vérifier le temps qu'il fera à Bologne quand elle y sera ou quel est le taux de glucides du brownie aux noix.  

    Ce qui fait que si vous lui envoyez une carte virtuelle, il se peut qu'elle ne l'ouvre que cinq ou six semaines plus tard. Et que si elle a un avion à prendre, elle vous demande de régler les réservations à sa place. 

    Rien ne lui fera avouer que ce serait pratique d'avoir un ordi et une connexion chez elle. 

    DSCI2757.JPG

    Alors, quand l'Adrienne garde les chats de sa nipotina, il faut qu'elle se trouve d'autres occupations que la lecture et les commentaires chez ses blogamis: les soins et les câlins aux félins ne remplissent pas la journée. 

    Heureusement, il y a la bibliothèque de la ville jusqu'où trimbaler l'ordi en espérant que là, ça marchera, la connexion cool 

    ostende,chat

    et qu'on pourra y boire un cappuccino laughing

  • 20 questions loufoques (1)

    1. Quel est le premier mot qui vous passe par la tête commençant par la lettre a et se terminant par un e (autrement : quel est le premier mot qui vous est venu sans aucune difficulté) ? 

    amère (je sens que mes lecteurs vont supputer d'où ça me vient tongue-out 

    2. Quel est la deuxième couleur que vous voyez lorsque vous regardez à gauche de votre écran, en fermant l'œil droit ? Imaginez la première ligne d'un début de roman avec cette couleur (une phrase seulement) 

    brun foncé 

    Bruns les épais rideaux toujours fermés, bruns les deux fauteuils de velours rêche (oui ça existe, du velours rêche qui gratte), bruns les lourds meubles de chêne, bruns les motifs du tapis, brun le manteau de cheminée en bois brut: comment voulez-vous avoir le cœur qui chante, dans un tel décor? 

    3. Selon vous que signifie "accroupouner la dentelle pour lorgner à rebours" ? 

    des choses salaces qu'Henri Michaux n'imaginait pas en l'écrivant tongue-out 

    4. Prenez votre signe zodiacal, la marque de votre ordinateur et votre couleur d'yeux. ça donnerait quel type de conseil pour un marin qui s'en irait faire le tour du monde ? 

    N'oublie pas d'emporter tes jumelles et de faire un détour par les îles Toshiba: on y admire des perroquets orange et gris! 

    5. Vous vous trouvez au restaurant. Le serveur (la serveuse), épaté(e) par votre allure, vous demande de commander ce que vous voulez... le tout gratuitement ! Quelle commande irréalisable passez-vous ? 

    Apportez-moi le festin de Babette, mais sans soupe à la tortue, et veillez à ce que la caille en sarcophage soit cuite à la goutte de sang!  

    6. Que dire à un type qui chavire d'amour en regardant l'horizon ? 

    Ne t'inquiète pas, tu le reverras demain, le soleil! 

    7. Imaginez une description détaillée à la Flaubert (c'est à dire avec de nombreux détails) d'un vêtement que vous portez à l'instant ou d'un objet qui se trouverait à portée de main. 

     Joker tongue-out

    8. Vos 5 mots d'amour préférés en verlan ? 

    Je ne crois pas que le verlan se prête aux mots d'amour (en tout cas pas pour moi!) 

    9. Y a-t-il en ce moment quelque chose d'écrit sur un vêtement que vous portez ? Lequel ? 

    "Asleep dream" mais l'injonction ne garantit ni le sommeil ni les rêves... 

    10. Si l'on vous donne trois tomates, du sel, de la crème, du comté, du vin blanc de Savoie, des oignons et du jambon de Parme, quel petit plat préparez-vous pour un repas impromptu ? 

    Je me dis que je ne nourrirai pas grand-monde avec trois tomates... ajoutées au comté et au jambon, il y a juste de quoi faire quelques bouchées apéritives tongue-out 

    jeu, vive internet, cinéma

    *** 

    Ce questionnaire est l'oeuvre d'Obni 
    http://www.obni.net/questionnaire/questionnaire 
    et je l'ai coupé en deux parties, vu qu'il est assez long.
    La suite le mois prochain? 

  • N comme Notules dominicales

    Lire les "Notules dominicales de culture domestique" de Philippe Didion, c'est s'assurer de passer un bon moment, dimanche après dimanche. Un moment d'autant meilleur que nous avons de nombreux points communs, ce qui a toujours quelque chose de rassurant, même si on assume ses petites particularités tongue-out 

    Dans ses notules 724, il apprécie qu'Agnès Castiglione parle de Pierre Michon "en utilisant les ingrédients qui, à [ses] yeux, forment l’écrivain de calibre supérieur : la géographie, l’enfance, le dialogue avec les morts."

    Hem, hem, se dit l'Adrienne, en sentant augmenter son tour de tête de quelques centimètres, voilà exactement les ingrédients de base de ce blog, depuis ses débuts. 

    Et Philippe Didion ajoute: "Ailleurs, point de salut, et ce n’est pas Bergounioux, qui déclarait dès 1994 écrire “pour les morts”, qui me contredira là-dessus." 

    Ce n'est qu'une demi-minute plus tard que l'ego de l'Adrienne s'est calmé. 

    Elle avait confondu "écrivain" avec "blogueuse". 

    Ou vice versa. 

    Mais peu importe: son tour de tête s'est immédiatement dégonflé cool

    vive internet,littérature

    trois titres de Michon sur la bannière 
    et un billet ici 
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2016/01/15/m-comme-michon-8554679.html

     

     

  • K comme Krapoverie

    Ernest et Bernadette ont vainement fait deux fois le tour des lieux de dévotion à pied, le vélo à la main, scrutant la foule pour essayer d'y retrouver deux visages connus. 

    - C'est bien joli tout ça, soupire Bernadette, mais j'aimerais enfin tomber sur mes grands-parents et rentrer en bus avec eux! Je n'ai pas envie de refaire tout le voyage du retour à bicyclette! 

    - Ni moi, dit Ernest. J'ai les fesses en charpie. Et mes affaires m'attendent... 

    DSCI3985.JPG

    Pendant qu'Ernest et Bernadette tournicotaient entre la grotte et l'esplanade de la cathédrale, les grands-parents posaient tranquillement devant le bus qui avait amené sa petite colonie de Belges à une des étapes obligées du voyage à Lourdes, le cirque de Gavarnie. Le grand-père tenait fièrement sa toute nouvelle canne de randonneur, munie d'une pointe en fer. Elle ne lui servirait qu'à monter les trois marches du café des Pèlerins, où il avait repéré qu'on servait de la Stella. 

    Mais n'anticipons pas... 

     

    ***

    tout a commencé avec cette photo:

    ernest et bernadette.jpg

    photo, consigne et texte chez Joe Krapov, que je remercie! 

    les autres photos proviennent des archives de mes grands-parents

  • J comme Joseph

    Quelle famille européenne n'avait pas, au début du 20e siècle, un oncle d'Amérique? On peut se le demander, vu que le nombre de migrants partis du seul port d'Anvers s'élève à deux millions. (1)

    Dans la famille de grand-mère Adrienne, l'oncle d'Amérique s'appelait Joseph. 

    L'oncle d'Amérique, celui qui rime avec mythique: grand-mère Adrienne se souvenait de cette fois où il était revenu en Belgique et où, petite fille, elle avait reçu de lui une pièce d'or. 

    Dernièrement, en reclassant quelques vieilles photos, j'ai eu l'idée d'aller voir sur le site internet d'Ellis Island s'il était possible de l'y retrouver. 

    Il n'y est mentionné que pour son dernier voyage, sa dernière arrivée sur le sol américain, le 28 septembre 1923, venu d'Anvers avec le paquebot Belgenland. (2) 

    Belgenland.jpg

    source http://professionals.redstarline.org/ 

    En 1923, il a déjà 40 ans et la nationalité américaine. Son lieu de résidence est Pawtucket, Rhode Island. Tout ça est bien répertorié sur le site. On y apprend également qu'il est célibataire et qu'il voyage avec un ami natif de notre même bonne petite ville, Rémy, marié, 37 ans, domicilié à Pawtucket et citoyen américain lui aussi. 

    A sa famille restée en Belgique, l'oncle Joseph envoie de temps en temps une photo. Grand-mère Adrienne en avait conservé quelques-unes, dont une où il est assis dans un side-car, portant chemise et cravate, accoudé nonchalamment, la casquette en arrière et le cigare entre les doigts. L'homme en costume cravate chevauchant la moto est peut-être son ami Rémy. 

    BELGENLAND-.jpg

    source http://maritimematters.com/2013/10/red-star-line-museum-opens-in-antwerp/ 

    Mais ce que j'aurais aimé savoir, c'est à quel âge il est parti, comment s'est déroulé ce voyage-là, comment il s'est débrouillé dans les premiers temps... 

    Et aussi pourquoi il est revenu juste avant la guerre de 40, ce qui l'a obligé à se présenter à la Kommandantur une fois par semaine, à cause de sa nationalité américaine. 

    belgenland2.jpg

    petit émigrant de 1929 - source http://www.allaboutshipping.co.uk/

    Le musée de la Red Star Line à Anvers et des témoignages ici, comme l'histoire de la famille Hutlet 

    *** 

    (1) dans ma belle-famille ostendaise, ils cumulaient: ils avaient des émigrés aux Etats-Unis et en Australie (où ils avaient été obligés de traduire leur nom flamand en anglais, c'est ainsi qu'ils sont devenus la famille Richman) tongue-out 

    (2) traduction littérale: pays des Belges; capacité de 2600 passagers (500 en première classe, 600 en seconde et 1500 en troisième)

  • G comme García Lorca

    Colmena

    F. García Lorca

    ¡Vivimos en celdas 
    de cristal, 

    en colmena de aire!

    Nos besamos a través 

    de cristal. 

    ¡Maravillosa cárcel,

    cuya puerta 

    es la luna!
     

    Ruches

    F. García Lorca 

    Nous vivons dans des cellules
    de verre,
    dans des ruches d'air!
    Nous nous embrassons à travers
    du verre.
    Merveilleuse prison,
    dont la porte
    est la lune! 
     
    (Trad: Colo) 

    Korf

    We leven in cellen
    Van glas,
    In een korf van lucht!
    We zoenen
    Door het glas.
    Prachtige cel
    Met als deur
    De maan!

    (traduction de l'Adrienne)

     

    poesie,espagnol,espagne,traduction,amitié,vive internet

     photo prise à Bruxelles en septembre 2013

  • T comme tag

    3 bonheurs, 3 jours de suite

    J'ai été "taguée" par Betsy du blog http://bellerondeetepanouie.blogspot.be/ et par notre Captaine http://captainelili.blogspot.be/

    Le défi consiste à partager 3 bonheurs de 3 jours consécutifs. 

    Les bonheurs du mardi 21 octobre:

    1.deux collègues fêtent leur anniversaire ces jours-ci et ont eu la bonne idée d'offrir
    des chocolats

    2.j'ai terminé la correction de 146 copies

    3.il pleut quand je suis à l'intérieur et il y a du soleil quand je suis dehors

    Les bonheurs du mercredi 22 octobre:

    1.Kjell (17 ans et demi) m'envoie un mail pour me dire "Mes excuses, Madame,
    si mon test de vocabulaire était si mauvais. Mais c'est que ce week-end
    mon grand-père a dû être hospitalisé et je n'ai pas réussi à me concentrer.
    Je vous promets qu'à l'avenir mes résultats seront meilleurs. Enfin, je l'espère."

    2.Nous sommes le 22 octobre et il fait encore 21° dans la maison sans avoir
    besoin d'allumer le chauffage.

    3.Je reçois une nouvelle qui pourrait bien me sortir de mes problèmes financiers
    et me permettre de reprendre un abonnement opéra l'an prochain ou même
    d'aller en vacances en Italie Sourire

    Les bonheurs du jeudi 23 octobre:

    1.la soirée d'info (études supérieures) pour les élèves de Terminale et leurs
    parents se passe parfaitement bien

    2.les Premières s'amusent à réviser la phrase interrogative en jouant au
    speed-dating (on rigole beaucoup et on apprend des choses inédites sur
    les uns et les autres Langue tirée)

    3.j'arrive enfin à dormir presque cinq heures cette nuit...
    vivent les prochaines vacances!

    Et maintenant c'est à qui veut raconter ses petits bonheurs du jour Cool