wagon de train

  • Wagon de train

    DSCI6055.JPG

    Le jeudi 27 mars 2008 
    des gens sont morts, des gens sont nés, 

    en France les lycéens et les profs manifestaient contre les suppressions de postes 

    tongue-out déjà? ô ironie tongue-out 

    et un premier train est parti de chez l'Adrienne. 

    Elle ne savait pas grand-chose: 

    qui la lirait - combien de billets elle écrirait - de quoi elle parlerait 

    axel-zangavond 06.jpg

    3535 billets plus tard 

    - hé non, elle n'a pas réussi à en faire un par jour - 

    voici le 116e wagon de train  

    pour vous dire

    un grand merci à vous tous! 

    *** 

    photo 1, Bruxelles, gare du Nord, mars 2018 

    photo 2, les mains de notre bien-aimé chef de chœur, février 2018

  • T comme tirer sur la corde

    DSCI6056.JPG

    Si tu tires trop sur la corde, elle se rompt. Tout est affaire de mesure, d’équilibre, ni trop ni trop peu. 

    C'est sans doute pour ça que le cappuccino a été inventé - tout son secret réside dans le bon dosage - et les bancs pour se reposer. 

    A ce moment-là sur le quai désert apparaît un homme. Il est jeune, très grand, très maigre. Et très noir. 

    - Vous n'auriez pas un euro pour manger? 

    L'Adrienne a envie de le chasser comme une mouche importune. Un euro pour manger? Ça se mange, les euros? 

    On croit être maître de ses pensées, or on ne l'est pas. Dans la tête de l'Adrienne passent en une fraction de secondes des images d'Afrique - où elle n'a jamais mis les pieds - de mère et de grand-mère là-bas qui espèrent que le gamin a traversé la mer sain et sauf et qu'il est arrivé au pays où coule le miel. 

    - C'est vrai ce que vous dites, un euro pour manger? dit-elle à ce jeune homme, question plus idiote et plus maladroitement formulée encore, et sans aucune excuse de langue ou d'origine. 

    Alors pour ce funambule coincé dans cette gare entre un avant et un après tout aussi incertains l'un que l'autre, elle vide son porte-monnaie. 

    Ne lui faites pas compliment de sa générosité: il ne contenait presque rien. 

    *** 

    texte en retard pour le Défi du samedi

     

     

  • W comme wagon de train

    Roma juillet 2012 005.JPG

    Nous étions loin de l'été mais dans le Midi un joli printemps fleuri était déjà bien installé. Quand on nous a annoncé "Narbonneuh! Narbonneuh! Tout le monde descend!" nous avons pu prendre le petit déjeuner à de longues tables installées au soleil. 

    Depuis ce jour-là, nous n'avons plus dit autrement le nom de cette ville qu'en imitant l'accent de l'homme qui nous y a accueillis. 

    Nous avions passé la nuit dans le train, compartiment couchettes pour six personnes que nous occupions à cinq parce qu'il était impensable que grand-mère Adrienne quitte sa maison. 

    La voiture paternelle avait été remisée dans un wagon ad hoc et récupérée dans l'Aude... pour aller où? Je ne sais plus! 

    C'est bien un comble de se souvenir de tous les détails du voyage en train - par exemple dans quel ordre nous nous étions déshabillés et couchés pour que l'intimité de chacun soit préservée au maximum, qui avait quelle couchette et qu'il y avait du papier blanc sur la table du petit déjeuner - mais de ne pas se souvenir de la véritable destination du voyage. 

    Une chose est sûre, ce n'était pas l'Aude et après le petit déjeuner pris au soleil, nous avons tout de suite quitté Narbonneuh.

  • le bilan du 20

    wagon de train

    Comment est-ce possible, s'énerve l'Adrienne depuis huit jours, comment est-ce possible d'avoir écrit à peu près 120 billets sous le libellé "wagon de train" et de ne pas réussir à produire la moindre petite bafouille pour le Défi du Samedi d'aujourd'hui! 

    Comment est-ce possible d'avoir pris le train en Roumanie, en Lituanie, en Italie, en France, aux Pays-Bas, le train pour Ostende, Bruxelles, Liège, Gand, Louvain, Mons, Eupen... et de ne rien trouver à dire cette fois-ci? 

    Les trains dans la peinture, les trains dans la littérature, et là rien. 

    Des photos de toutes les gares où elle est passée, au Mans, à Montparnasse, Asciano, Malaga, Amsterdam, Bruxelles Nord, Centrale ou Midi: rien! 

    Des considérations sur les gens et leur portable - comme sur cet homme qui en avait trois - leur lecture, leur bébé, leur tentative de maquillage - se faire un beau trait à l'eye liner pendant les secousses - mais cette semaine, rien. 

    Des observations sur les supporters de foot allemands, les petits Anglais en tournée de cimetières 14-18, les Japonais entre leur visite de Bruges et Bruxelles, les étonnements de l'amie roumaine en Belgique pour la première fois: rien de neuf. 

    Rien non plus sur les contrôleurs patients et polyglottes, les conducteurs dont c'est le dernier trajet avant la retraite, les wagons réservés pour la sortie scolaire, les rencontres inattendues, le contrôle social ou les adieux sur les quais. 

    RIEN. 

    *** 

    Et le comble, vous savez ce que c'est? 

    Que le tout premier billet de ce blog, c'était un "wagon de train"! 

    photo prise à Ostende, la dernière gare vue en 2017, cachée par le Mercator

     

  • Z comme zomerhuis

    zomerhuis.jpg

    Quand elle monte dans le train, elle dépose son sac à main, son écharpe, son smartphone, sa veste, son sac à dos, son livre. 

    Herman Koch, Zomerhuis met zwembad, note l'Adrienne, qui aime toujours voir ce que les autres lisent. 

    Elle prend son smartphone, se met à tapoter l'écran et donne des coups de fil. 

    Ça permet à l'Adrienne de savoir non seulement ce qu'elle lit, mais aussi de connaître sa vie, sa situation familiale et professionnelle, ses amitiés et inimitiés, ses projets pour le week-end. 

    La vie privée est décidément un concept totalement dépassé, se dit l'Adrienne en essayant de ne plus entendre ces pans de vie jetés à voix haute dans le compartiment. 

    Et voilà un livre qui n'est pas près d'être lu...

     

  • E comme Eupen

    DSCI5689.JPG

    C'est long, le train jusqu'à Eupen. Surtout si le livre est lu, le casse-croûte avalé, la nuit tombée. On ne peut même plus admirer le paysage. 

    Le jeune homme à côté de l'Adrienne lit Tiens ferme ta couronne pendant que son ami, assis en face, feuillette le Guide bleu Belgique et en lit des passages à haute voix. On comprend qu'ils ont visité Bruges mais on ne voit pas l'intérêt de cette lecture après coup: pour chacune des "curiosités" recommandées, ils se demandent s'ils l'ont vue ou pas... 

    Ils descendent à Liège en emportant soigneusement tous les restes de leur repas, deux pommes, deux poires, du pain bio, un bloc de fromage de Bruges. 

    Eupen. Terminus. Depuis Verviers, il ne reste plus qu'un groupe d'hommes dans le wagon. Ils se quittent en se donnant de viriles accolades accompagnées de fortes tapes dans le dos. 

    Le rituel est amusant à voir mais on se dit qu'il faut être de construction solide, quand on a des amis germano-belges tongue-out

  • W comme wagon de train

    2017-08-06 (12).JPG

    La veille, l'Adrienne avait omis de lire les petites lettres: le train de 09.23 h. ne roulait que les "giorni festivi" et on était jeudi. 

    Assise sur un des bancs, elle a vu arriver l'homme pressé. Pantalon, chemise blanche, chaussures fermées, pour porter ça par 36° il faut être Italien. 

    - Encore une demi-heure d'attente, dit-il en soupirant. C'est beaucoup trop long! Autant y aller en voiture. 

    - C'est vrai que vous y serez plus vite, mais alors vous aurez le problème du parking... 

    - Oh! un parking, ça se trouve! ce n'est pas un problème! 

    C'est là qu'on se demande pourquoi il avait songé au train. 

    - Non vraiment, je ne vais pas attendre une demi-heure, j'y vais en voiture. Je vous emmène? 

    - J'ai déjà pris mon billet, dit l'Adrienne, comme si ces 3,50 € étaient un argument valable. 

    - Dommage! ça m'aurait fait de la compagnie... on aurait bavardé... 

    L'Adrienne est bien embêtée d'avoir eu une prudente grand-mère qui lui a inculqué de ne jamais suivre un monsieur, quoi qu'il offre tongue-out 

    Il tourne encore un peu en rond sur le quai, ôtant et remettant ses lunettes de soleil, regardant cette entêtée qui préfère perdre une heure au lieu de profiter de l'agrément de son auto et de sa conversation. 

    2017-08-10 (5).JPG

    Dans le train, l'entêtée a redit des tas de fois: "Che bellezza" 

    2017-08-10 (7).JPG

    à gauche, à droite, à l'aller et au retour, "che bellezza!" 

    2017-08-10 (8).JPG

    tout en essayant de prendre des photos tongue-out

     

  • W comme wagon de train

    A'dam 2017-07-23 (19).JPG

    A l'aller comme au retour, nous avons pris des tas de trains et le voyage a duré quatre heures et demie. Deux heures de plus que si nous y étions allés en voiture. 

    A'dam 2017-07-23 (22).JPG

    Mais que voulez-vous, nous aimons les gares et chacune offre ses petits plaisirs. Monsieur Neveu a profité d'une correspondance pour se photographier dans un photomaton. 

    A'dam 2017-07-23 (21).JPG

    A Anvers nous avons admiré la verrière en prenant un cappuccino (voir aussi la première photo) 

    A'dam 2017-07-23 (16).JPG

    Et dans la gare centrale d'Amsterdam, nous vous conseillons les toilettes du Grand Café

    A'dam 2017-07-23 (15).JPG

    On y aime les perroquets... 

    A'dam 2017-07-23 (14).JPG

  • B comme bon voyage

    lakévio65.jpg

    Elle passe et repasse dans le couloir, la taille cambrée, ses jolies fesses bien moulées dans une robe blanche. Elle se penche légèrement à une fenêtre ouverte pour faire voleter son foulard rose sur ses épaules nues. Ses élégantes chaussures, blanches aussi, évidemment, la grandissent de douze centimètres: c'est peut-être peu pratique pour voyager, mais c'est absolument indispensable, pense-t-elle, tout comme la blondeur qu'elle a mise dans ses cheveux et l'échancrure de son corsage. 

    Oui, elle a de grands projets. 

    Dans sa main gauche, elle serre le livre qui lui a donné l'idée de ce voyage en Russie: La madone des sleepings

    *** 

    tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie!

  • W comme wagon de train

    L'Américaine Edith Wharton a publié en 1908 une sorte de carnets de voyage relatant ses visites touristiques dans la France de 1906, l'année de naissance de grand-mère Adrienne, A motor-flight through France. 

    En voici l'incipit: 

    The motor-car has restored the romance of travel. Freeing us from all the compulsions and contacts of the railway, the bondage to fixed hours and the beaten track, the approach to each town through the area of ugliness and desolation created by the railway itself, it has given us back the wonder, the adventure and the novelty which enlivened the way of our posting grand-parents. 

    L'automobile a rendu aux voyages leur romantisme. 
    Elle nous a libérés des contraintes et des contacts (des promiscuités) du chemin de fer, de la soumission aux horaires et aux tracés fixes, de l'accès aux villes par des endroits d'une laideur et d'une désolation créées par la voie ferrée elle-même, elle nous a rendu le merveilleux, l'aventure et la nouveauté qui rendaient le voyage en malle-poste de nos grands-parents si réjouissant. 

    (traduction de l'Adrienne)

    On peut lire le texte entier ici

    Quand on lit Madame de Sévigné ou d'autres, on n'a pas l'impression que les voyages en malle-poste étaient si merveilleux ou romantiques, bien au contraire. Ils ont par exemple définitivement dézingué la santé du petit Amadeo, trimbalé par papa Mozart d'un coin de l'Europe à l'autre. Bref, il y aurait beaucoup de choses à dire sur le snobisme de madame Wharton et de son mari, découvrant la France dans leur automobile 1906 avec chauffeur. 

    L'Adrienne, sa mère et son neveu iront à Amsterdam en train. Avec les horaires et les tracés contraignant et toute cette vilaine promiscuité tongue-out 

    voyage,wagon de train,littérature,lecture,lire,lecteur

    auto-collant avec ce vieux slogan qui aurait plu à Edith Wharton

  • W comme wagon de train

    wagon de train

    C'est au moment où le train ralentit à grand fracas, que sur le quai une voix monocorde et nasillarde crachote dans le micro pour dire à quelles voies on trouvera les correspondances. 

    Le train n'est pas encore à l'arrêt, les portes pas encore ouvertes: on n'entend rien... et on a exactement deux minutes pour attraper le suivant.  

    On sort le plus vite possible, on galope en portant la valise, on descend des tas de marches, on en remonte d'autres, comme par hasard il n'y a jamais d'escalators dans les environs - sauf ceux en panne - et on se demande comment on fera quand on aura encore dix ou vingt ans de plus. 

    Mais peut-être voyagera-t-on enfin par téléportation? 

    tongue-out

    *** 

    vu que c'est arrivé dernièrement en gare de Gand, j'ai remis cette photo de mai 2014

    petit ajout après le commentaire de Berthoise: 

  • W comme wagon de train

    La petite Julie, c'est celle qui un jour a confié à Madame qu'elle n'avait pas les deux euros nécessaires pour payer le bus en vue d'une sortie scolaire avec le prof de géo. C'est celle dont les parents s'étaient tellement endettés, qu'on leur prélevait une grosse part de leur salaire, chaque mois. 

    La petite Julie, avec son corps d'enfant et ses grands yeux sombres, n'est pas devenue sage-femme comme elle en rêvait à 17 ans. Elle a finalement opté pour une embauche immédiate à la SNCB où elle a suivi une formation de conductrice de train. 

    C'est avec fierté qu'elle montre quelles grosses machines elle fait glisser sur leurs rails. J'espère, lui dit Madame, qu'un jour tu seras ma conductrice. Madame est drôlement fière de la petite Julie. 

    2017-04-10 (31).JPG

    photo prise à Ostende en ce mois d'avril
    cliquer pour voir en grand le slogan sur la locomotive 

    Mais la semaine dernière, c'est sur sa ligne qu'il y a eu un "accident", celui qui est la hantise de tout conducteur de train et qui en a déjà réduit plusieurs à quitter cet emploi: un suicide. 

    La petite Julie sait qu'un jour, peut-être, ce sera elle qui verra sa locomotive lancée à toute vitesse sur un corps humain, que ce sera elle qui voudra freiner et n'y arrivera pas à temps, que ce sera elle la cause involontaire d'un drame pour une famille. Que ce sera elle qui aura des cauchemars la nuit et une énorme appréhension chaque fois qu'elle sera dans sa machine. 

    Au lieu d'éprouver ce plaisir qu'elle a aujourd'hui à filer sur les rails, comme une grande. 

    *** 

    en 2016, les trains belges étaient à l'heure dans 89,2% des cas et la cause numéro 1 des retards est externe à la SNCB: il s'agit de "phénomènes externes au rail, comme des alertes à la bombe, des promeneurs le long des voies ou des heurts de personnes (accidents, suicides)." (source ici)

     

     

  • W comme wagon de train

    Ils étaient huit et remplissaient donc exactement les quatre sièges en duo vis-à-vis de part et d'autre de l'allée. Huit jeunes quadragénaires conquérants, le verbe haut, le smartphone dernier cri en main, le vêtement chic. 

    Ils revenaient d'un congrès organisé par leur firme à Paris: chacun avait encore son badge autour du cou. Ils se montraient les uns aux autres les mêmes photos du Thalys qu'ils auraient dû prendre en direction de Bruxelles et d'Amsterdam, mais qui était arrêté depuis des heures à la frontière française, en direction opposée, à cause d'un incendie dans la locomotive. 

    C'était à qui raconterait l'anecdote la plus forte, la plus spectaculaire, à propos des voyages en train en général et des Thalys en particulier. Ils en faisaient profiter tout le wagon, à condition bien sûr de comprendre le néerlandais. 

    Ils avaient ce sentiment de supériorité du nanti face au démuni quand ils se gaussaient de leurs collègues hollandais qui, eux, n'avaient pas eu la chance de voir leur billet pour Amsterdam échangé contre celui pour Lille. Il est vrai que ça ne les aurait pas beaucoup avancés. 

    Ils vérifiaient sur leur smartphone comment ils rentreraient chez eux. En taxi, bien sûr. En taxi de Lille à Bruxelles, pour l'un, Gand pour deux autres, Anvers, Malines... Chacun donnait l'impression que des centaines d'euros pour le trajet en taxi, c'était "peanuts". 

    - On sera chez nous ce soir, quoi qu'il arrive, a conclu fermement un monsieur à lunettes. 

    Dans son coin, l'Adrienne se garde d'intervenir et de leur suggérer de poursuivre leur voyage en train. Il y en a, à Lille, qui les feraient tout aussi sûrement rentrer chez eux le même soir... 

     *** 

    C'était le vendredi 6 janvier, voir ici: 5 heures d'arrêt pour 130 passagers qui se plaignent surtout du manque d'information 

    Nouveau problème la semaine d'après: 180 voyageurs ont passé une douzaine d'heures - toute la nuit - dans un thalys qui allait de Bruxelles à Paris et a dû s'arrêter près d'Arras à cause d'une chute d'arbre: rien à boire ni à manger, plus d'électricité, de lumière, de chauffage, de courant pour recharger les batteries du portable ou de l'ordi

    source de l'article

    thalys.jpg

    source de l'image

  • W comme wagon de train

    Si même à nos petits de professionnelle  

    DSCI4335.JPG

    qui sont presque tous musulmans 

    DSCI4336.JPG

    on fait faire des décos et des cartes de Noël 

    DSCI4334.JPG

    quel train devrais-je prendre pour y échapper?

  • E comme envoi

    Ballade en octosyllabes 

    tongue-out 

    Madame en route vers la gare 
    Pense à eux tous, Alex, Oskar, 
    Si eux ne pensent plus à elle, 
    Patricia, Klara, Michaël: 
    Qu'est-ce qu'ils font, comment ils vont, 
    Latifa, Ellen et Simon? 

    Sont-ils satisfaits de leur choix, 
    Lisa, Ruben, Sofie, François? 
    Ils descendent du train de Gand, 
    Nabil, Araz, Noura, Laurent, 
    Crient "Bonjour, Madame! ça va?" 
    Joris, Fehmy, Tim, Vanessa. 

    C'est plus légère qu'elle part 
    Avec Sara, Viktor, Omar. 
    Il suffit de si peu de choses, 
    D'un sourire de Jan ou Roos. 
    Et pendant que Madame lit 
    Elle voit Sam et Beverly. 

    Envoi 

    Gentils élèves qui passez 
    De vous je n'ai jamais assez! 

    DSCI4262.JPG

    gare de Gand (Gent Sint-Pieters) le 11 novembre 2016 

    2016-11 (35).JPG

    gare d'Ostende: les nouveaux quais sont "en planches" et je les ai 

    photographiés pour le projet du Hibou 

    semaine 49 - mobilier urbain

  • W comme wagon de train

    Au niveau de décibels, on croirait qu'il y en a un plein wagon. En réalité, ils ne sont que six, trois filles et trois garçons. 

    Ils ont treize ans, quatorze tout au plus: c'est l'âge bruyant. Ça rigole beaucoup, pour tout et pour rien, surtout pour rien. Ça ne parle pas, ça pousse des cris, se chamaille, se taquine, hurle de rire en se donnant des tapes. C'est leur façon de dire au sexe opposé: "Est-ce que tu me vois?"

    On essaie de se replonger dans sa lecture mais on a du mal. On ne peut s'empêcher de sourire en pensant à ces élèves qui disent, année après année:

    "Je ferais bien prof, mais jamais de la vie à des gamins de 12 à 15 ans!" 

    Car dès qu'ils ont un an de plus, ils préfèrent oublier qu'ils ont été pareils.

    Comme nous tous tongue-out  

    prof,école,élève,wagon de train

    gare de Gand, 11 novembre 2016 

  • I comme incipit

    "L'aventure que je vais vous raconter par le menu ne ressemble pas mal au rêve d'un homme éveillé. J'en suis encore ébloui et étourdi tout ensemble, et la légère trépidation du wagon-lit vibrera très probablement jusqu'à demain matin dans ma colonne vertébrale. Il y a exactement treize jours que je quittais les bords de l'Oise pour aller prendre le train rapide de l'Orient à la gare de Strasbourg; et dans ces treize jours, c'est-à-dire en moins de temps qu'il n'en fallait à Mme de Sévigné pour aller de Paris à Grignan, je suis allé à Constantinople, je m'y suis promené, instruit et diverti, et j'en suis revenu sans fatigue, prêt à repartir demain si l'on veut, par la même voiture, pour Madrid ou Saint-Pétersbourg. Et notez que nous avons fait une halte de vingt-quatre heures dans cette France orientale qui s'appelle la Roumanie, assisté à l'inauguration d'un palais d'été dans les Carpathes, pris le thé avec un roi et une reine et banqueté somptueusement chez le Pignon de Bucarest. On dit avec raison que notre temps est fertile en miracles; je n'ai rien vu de plus étonnant que cette odyssée dont la poussière estompe encore mon chapeau."

    Edmond About, De Pontoise à Stamboul, éd. Hachette, 1884 

    Quel bonheur de lecture que cette plongée dans l'Europe de la fin du 19e siècle et ce voyage de rêve - voyage dont je rêve - prendre l'Orient-Express pour faire le trajet jusqu'à Istanbul... 

    Dans ces quelques lignes de l'incipit, il y a déjà (presque) tous les éléments du récit: l'émerveillement devant la rapidité et le confort du voyage, la découverte d'Istanbul et une foule de choses aussi sur les contrées traversées, à la fois si différentes et si pareilles à aujourd'hui. 

    Le voyage inaugural de l'Orient-Express a lieu en octobre 1883: la Turquie est encore l'empire ottoman, en Roumanie règne le roi Carol Ier, qui fête l'inauguration de son château de Sinaïa lors du passage du train dans la région, la Hongrie fait partie de l'empire austro-hongrois, la Bulgarie se libère difficilement de cinq siècles d'emprise turque...

    Edmond About semble bien informé sur tout ce qu'il nous relate et il ne manque pas d'humour. 

    Bref, je crois bien que j'en reparlerai cool 

    wagons-lits.jpg

    source et info ici 

    La Compagnie des Wagons-Lits est fondée par le Belge Georges Nagelmackers (né à Liège en 1845) qui en a eu l'idée et a tout mis en oeuvre pour la réaliser.

  • W comme wagon de train

    2016-08-26 (1).JPG

    Jeudi matin, la valise et moi, on descend du train. 

    2016-08-26 (0).JPG

    Vendredi matin, le temps est comme on l'aime  

    2016-08-26 (45).JPG

    et il y a ce qu'il faut de vent. 

    2016-08-26 (9).JPG

    A dix heures, les sauveteurs vont prendre leur poste. 

    wagon de train,ostende,mer

    Et Léon attend de la visite cool 

    *** 

    photos prises à Ostende le vendredi 26 août

  • V comme valise avec vue

    La valise a pris le train. Inutile de vérifier le numéro du quai, celui où s'arrêterait le train pour Ostende était peuplé de familles armées de seaux et de pelles en plastique. 

    2016-08-25 (1).JPG

    - Quelle bonne idée j'ai eue, se dit-elle en voyant l'autoroute où les voitures et camions avançaient au pas. 

    Le train, lui, filait et n'était même pas bondé. Elle a pu rester tranquillement contre la jambe de la voyageuse. 

    Qui lui a caressé le flanc, de temps en temps, comme promis tongue-out 

    2016-08-25 (2).JPG

    Il y avait déjà une longue queue pour la navette fluviale et la plage comme la digue étaient bondées. Heureusement, on devait être de l'autre côté et là, il y avait de l'ombre... 

    2016-08-25 (3).JPG

    La valise n'a pas cessé de s'étonner en voyant que les 30° n'empêchaient nullement les humains de faire du canotage, du pédalo, de la course à pied, du hockey, bref toute une frénésie d'activités...

  • W comme wagon de train

    Lyon 2016 (3).JPG

    Lundi 11 juillet, vers l'heure de midi,  

    sur le quai du TGV à l'aéroport Charles-de-Gaulle, 

    pas âme qui vive 

    et les sièges sont interdits d'accès... 

    *** 

    Ambiance bizarre 

    où on ne voit que du métal et du béton 

  • W comme wagon de train

    - Je vois que vous parlez l'espagnol aussi, sourit l'Adrienne en tendant son billet au contrôleur qui vient d'essayer quatre langues pour expliquer à un couple de voyageurs sud-américains que ce train, oui il va à Bruges, mais après avoir fait un long détour et s'être arrêté à chaque gare. 

    - Oui, répond-il, un petit peu. Et un peu de kosovar aussi.

    - Bravo, s'émerveille sincèrement l'Adrienne.

    Et il rit dans sa jeune barbe assortie au galon orange de son képi.

    déc 2015 (1) - kopie.JPG

    Je me demande, se dit l'Adrienne en reprenant la lecture de Pierre Michon, qui lui a appris le kosovar. Vu qu'au Kosovo on parle l'albanais ou le serbe.

    Mais que ça n'empêche personne d'admirer le plurilinguisme de nos contrôleurs de train.

  • W comme wagon de train

    Dimanche dernier:

    08.00 h.: il est installé avec un sac plein de canettes de Jupiler (Mannen weten waarom, les hommes savent pourquoi, dit la pub). La première (?) du jour est posée sur la tablette devant lui, décapsulée.

    08.05 h.: un couple âgé monte et me demande si ce train est bien celui qui va à Bruxelles. La gare est petite et il n'y a que deux lignes, c'est dur de se tromper... mais moi aussi je préfère demander quand j'ai un doute Clin d'œil

    08.10 h.: une indécise parcourt les trois wagons dans les deux sens avant de décider où elle déposera son postérieur vêtu de soie et de cachemire. Il n'y a pas encore dix personnes.

    08.15 h.: une jeune femme blonde accompagne son père et ses deux valises jusqu'à la porte du train. Tiens, c'est Ann, une ancienne élève! Son père va prendre l'avion à Zaventem.

    08.20 h.: fin de la quiétude: deux dames vont se plaindre pendant une heure, bien haut, bien fort, de leur conjoint qui leur laisse tout le boulot, des collègues qui leur jouent de sales tours, de leur hiérarchie aveugle et incompétente, de leurs bonnes et de leurs mauvaises copines, des amours des uns et des autres, des déboires avec la famille proche et lointaine, des problèmes de santé de quelques connaissances de connaissances...

    Bref, un dimanche ordinaire dans un train ordinaire.

    De trein is altijd een beetje reizen, dit la pub, prendre le train c'est toujours un peu comme partir en voyage, surtout dans l'humain Langue tirée

     wagon de train,bruxelles

     09.30 h.: les profs comment à se masser devant les portes qui pourtant ne s'ouvriront qu'à dix heures

    Langue tirée

  • K comme Kundera

    Oostende 2015 027 - kopie.JPG

     face à l'insoutenable légèreté de l'être, la lourdeur du sac à dos, avec cet ordi qu'on tient à emporter partout où on va...

    Dans le train, lire enfin ce roman de Kundera dont tant de gens disent du bien.

    Avoir besoin d'une heure pour arriver à la page 88.

    Laisser tomber la lecture. Ne pas réussir à se passionner pour Tomas, pour Tereza, pour le récit recommencé des rêves récurrents de Tereza.

    Pourtant, c'est vrai, y trouver de temps en temps de jolies phrases:

    "Si la Révolution française devait éternellement se répéter, l'historiographie française serait moins fière de Robespierre."

    Milan Kundera, L'inbsoutenable légèreté de l'être, Folio, 1990, page 13.

    ***

    L'incipit, page 13:

    "L'éternel retour est une idée mystérieuse et, avec elle, Nietzsche a mis bien des philosophes dans l'embarras: penser qu'un jour tout se répétera comme nous l'avons déjà vécu et que même cette répétition se répétera encore indéfiniment! Que veut dire ce mythe loufoque?"

  • W comme wagon de train

    004 - kopie.JPG

    Sous la gare de Bruxelles Nord, les quais du métro

    005 - kopie.JPG

    m'ont fascinée pendant les deux ou trois minutes d'attente

    006 - kopie.JPG

    par le changement incessant des couleurs de l'éclairage

    007 - kopie.JPG

    et j'ai donc passé deux ou trois minutes à essayer de comprendre

    008 - kopie.JPG

    - mais en vain -
    Langue tirée

    selon quel principe chromatique ce changement se faisait

     

  • W comme wagon de train

    Par la fenêtre du train, en ce beau samedi soir de fin mai, je vois des gens dans leur jardin qui font une parlote avec le voisin. Entre eux il y a une petite haie bien taillée ou un grillage.

    Ça me rappelle mes huit ans et le jardinet de ma grand-mère. Dans celui d'à côté, séparé par un grillage plus haut que moi, il y avait Anneke, la petite-fille des voisins. Nous jouions "ensemble" chacune de notre côté du grillage, entre le rosier de ma grand-mère et la clématite de mon grand-père.

    ***

    Quarante ans plus tard, je sonne à la porte de la maison de ma grand-mère. Elle est à vendre et je voudrais la revoir. La dame qui vient m'ouvrir est belle, jeune et blonde aux yeux bleus. Quarante ans ont passé mais je la reconnais tout de suite: c'est Anneke.

    ***

    De wagon de train en jardinets, de ce siècle au précédent, aucun bond n'est trop grand pour la mémoire Cool

    Et quels qu'en soient les méandres, elle me ramène toujours chez Adrienne.

     

  • W comme wagon de train

    C'est le 27 mars 2008 que le premier wagonnet a été rattaché à ce blog et envoyé sur les rails.

    Le wagonnet d'aujourd'hui est le 2458e Sourire

    Merci à ceux qui me lisent, merci à ceux qui laissent un commentaire.

     

    blog

    certains y sont montés
    d'autres en sont descendus
    Langue tirée

    Et pour ceux qui en redemandent, voici ce morceau d'anthologie,
    ce premier balbutiement:
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2008/03/27/on-est-alles-voir-l-expo-sur-l-europe.html

     

  • W comme wagon de train

    débora2.jpg

    © Thiophene_Guy.

     

    http://ecrire-and-co.fr/patchwork-de-plumes-jeu-n-2/

    merci Débora!

    ***

    Il s’appelle Traian en l’honneur de l’empereur romain qui a fait de son pays une enclave latine dans un océan slave.

    Prénom choisi et voulu par sa mère, qui pourtant l’appelle uniquement Puiu, poussin.

    Même quand elle monte dans son train bondé, qu'il doit faire preuve d'autorité dans la chasse aux resquilleurs et que du haut de son mètre quatre-vingt-dix, il porte crânement le béret, le sifflet et la lourde sacoche.

    - Ne m’appelle pas comme ça, Mămică
    - Et pourquoi pas, mon Puiu ?

  • T comme transports

    Etre en manque de lecture alors qu'on est "en voyage", c'est tout simplement abominable, même si ce n'est que pour une journée et à seulement une soixantaine de kilomètres de son domicile.

    Si le lieu de "villégiature" s'appelle Bruxelles, le mal est vite réparé. De toute façon, le chemin de la gare mène par la galerie de la Reine où la librairie Tropismes fait de l'oeil à la passante, qu'elle soit ou non abondamment pourvue en littérature (et dépourvue de place où la ranger). 

    On a donc poussé la porte de ce lieu de perdition tout en se faisant la leçon: un seul ouvrage, de petit format, promis juré.

    Et on en ressort avec deux petits formats, dont un titre qui fait dire au caissier d'un air narquois plein de sous-entendus grivois:

    - Bons transports!

    Ce qu'on ne comprend que quinze jours plus tard, à la lecture de la nouvelle d'Emmanuel Carrère, L'usage du "Monde".

    Pour ceux d'entre vous qui aimeraient comprendre le clin d'oeil assez gras du vendeur, voici cette nouvelle:
    http://medias.lemonde.fr/medias/pdf_obj/nouvelle2.pdf

     

    transports.jpg

    http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-2/Transports-amoureux

    après votre lecture de la nouvelle, rendez-vous ici:
    http://www.lemonde.fr/festival/article/2014/06/19/quand-emmanuel-carrere-imagine-un-jeu-erotique_4441272_4415198.html

    Bizarrement, le vendeur-caissier n'a fait aucune remarque à propos de l'autre ouvrage acheté ce jour-là:

    grozdanovitch.jpg

    http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-2/Petit-eloge-du-temps-comme-il-va

    Le seul à faire une remarque a été Monsieur Neveu:

    - Grozdanovitch? ce n'est pas un Français, ça!
    - Mais si, il est Français.
    - Avec un nom pareil?

    On voit bien qu'il n'a pas été élevé avec Fernand Raynaud, pauvre petit Langue tirée

    "Moi, j’aime pas les étrangers parce que moi, je suis Français et je suis fier d’être Français ! Mon nom à moi, c’est Koularkerstensky du côté de ma mère et Piazzano Venditti, du côté d’un copain à mon père !"

    (vers 0'50" dans l'excellent sketch "Le douanier" 
    https://www.youtube.com/watch?v=ppzQ-dsdquI)

  • W comme wagon de train

    Il est assis, seul au bout d’un banc. C'est un quai de gare sombre et plein de courants d’air, comme tous les quais de gare, surtout en janvier. Ses bagages autour de lui et son accoutrement semblent indiquer qu'il part en expédition dans le grand Nord: épaisses bottes fourrées, énorme doudoune à capuchon bien serré sur un bonnet qui lui cache à moitié les yeux, moufles comme des gants de boxe. L’air de l’homme qui part au loin affronter une tâche héroïque, surhumaine, répugnante peut-être et qui l’accomplira le visage impassible.

    Pourtant, il semble inquiet et se retourne constamment pour voir l'heure ou le tableau d'affichage des départs. Comme on est dimanche, les gens sont moins pressés et il y a plus d'enfants. Certains somnolent en suçant leur pouce, d'autres jouent à des courses poursuites dans la salle d'attente ou font peur à leur maman en allant trop près des rails. Parmi les mères et les grands-mères, il s’en trouve toujours à évoquer des expériences à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Au loin, la ville gronde de rumeurs diverses, celles de la circulation et celles des légendes urbaines. 

    Sur un quai de gare, le temps a un cours différent. Il stagne. On regarde s'avancer les aiguilles de la grosse montre, on écoute les annonces de changements de voies, toujours inquiet de ne pas comprendre ni entendre quand ça concernera celle où on se trouve. Le dimanche, les attentes sont encore plus longues. Quand la voix nasillarde pleine de crépitements divers commence une annonce pour la voie numéro 15, un train s’arrête à grands fracas, crissements, chuintements et soupirs de monstre métallique. On n’entend plus que lui et on ne sait pas si on doit ramasser ses affaires en hâte et dévaler des escaliers en bousculant des mères avec leurs poussettes et leurs caddies ou rester tranquillement assis.

    Dimanche midi à Bruxelles-Midi. Le marché se termine. Le compartiment envahi de buée sent les poireaux, les sacs sont rebondis comme les ventres et les enfants, si bruns soient-ils, travaillent du pouce sur de minuscules jeux électroniques.

     wagon de train,fiction,bruxelles

    photo prise à Bruxelles en février 2012
    et qui n'a rien à voir avec le texte
    je vous l'accorde

    Langue tirée

  • D comme débarquement

    bricabook149.jpg

    © Julien Ribot

     http://www.bricabook.fr/2014/12/atelier-decriture-une-photo-quelques-mots-149e/

    Il était seul sur le quai, ce matin-là, attendant le 10.13 h. pour rentrer chez lui après deux jours de fêtes bien arrosées entre copains.

    Sur le quai d’en face, quand le train s’est arrêté, il en est sorti un flot de voyageurs pressés, des hommes mais surtout des femmes, presque tous munis d’une grosse valise qui semblait bien légère malgré sa taille, à voir avec quelle facilité chacun la soulevait pour la déposer à terre en quittant le wagon. Des gens pressés, très pressés, qui se bousculaient sans aménité, au risque de faire tomber quelqu’un sur la voie.

    - Ce n’est encore rien, se dit-il, en comparaison de ce qui se passera tout à l’heure.

    Les mains dans les poches, le sourire aux lèvres, il les regardait défiler et avait presque pitié d’eux.

     

    C’était le premier jour de l’enfer des soldes.