wallonie

  • G comme gros lot

    Chapitre 1: G comme Gino 

    Gino a un passe-temps qu'il partage avec de nombreux Belges, aussi bien du côté flamand que wallon. Il est colombophile. Ça veut dire que dans son jardin il a un kot à pigeons qu'il entraîne à la course. Le dimanche matin, ces petites bêtes acheminées par paniers entiers vers un lieu éloigné de leur domicile, sont relâchées dans un ciel plus ou moins clair et supposées rentrer dare-dare chez elles, retrouver leur duivenkot, leur partenaire, leur nid. Gino et ses copains colombophiles les attendent de pied ferme pour les attraper dès leur arrivée et pouvoir enregistrer leur temps de vol grâce à la bague à faire passer dans la petite machine. (1)

    gino.jpg

    Chapitre 2: G comme Golden Prince 

    Gino est un pro dans son hobby et ses pigeons sont des "coulons futés" (2) qui gagnent tous les concours. Comme son Golden Prince, par exemple, qui a battu tous les records de palmarès en 2014. Alors Gino s'est dit que c'était le moment de rentabiliser son hobby et de passer à autre chose. On peut supposer que madame Gino a envie de prendre des vacances. 

    Chapitre 3: G comme gros lot 

    C'est ainsi qu'une vedette internationale comme Golden Prince s'est retrouvée à une vente aux enchères - tout se vend aux enchères, même les œufs à couver - et qu'il vient de faire remporter l'ultime gros lot à son propriétaire, 316 000 €, le meilleur prix jamais donné pour un pigeon. Non pas, comme c'est généralement le cas ces dernières années, par un acheteur chinois, mais par un Sud-Africain. 

    Article et photos ici... 

    cette folie colombophile est à l'origine de quelques chansons narquoises, comme ik zie zo geiren mijn duivenkot, j'aime tant mon pigeonnier, ou cette ode ironique en patois anversois au "blauwe geschelpte", le pigeon aux taches bleutées 

     

     (1) comme je l'ai vu faire par de vieux colombophiles quand j'avais huit ans, je ne sais pas dans quelle mesure ça a évolué cool 

    (2) les Wallons d'à côté de là où j'habite disent 'coulon' pour pigeon

  • E comme effroyable et extraordinaire

    Cependant le soir vient, le vent tombe, les prés, les buissons et les arbres se taisent, on n'entend plus que le bruit de l'eau. L'intérieur des maisons s'éclaire vaguement ; les objets s'effacent comme dans une fumée ; les voyageurs bâillent à qui mieux mieux dans la voiture en disant : nous serons à Liège dans une heure. C'est dans ce moment-là que le paysage prend tout à coup un aspect extraordinaire. Là-bas, dans les futaies, au pied des collines brunes et velues de l'occident, deux rondes prunelles de feu éclatent et resplendissent comme des yeux de tigre. Ici, au bord de la route, voici un effrayant chandelier de quatre-vingts pieds de haut qui flambe dans le paysage et qui jette sur les rochers, les forêts et les ravins, des réverbérations sinistres. Plus loin, à l'entrée de cette vallée enfouie dans l'ombre, il y a une gueule pleine de braise qui s'ouvre et se ferme brusquement et d'où sort par instants avec d'affreux hoquets une langue de flamme. 

    Ce sont les usines qui s'allument. 

    Quand on a passé le lieu appelé la Petite-Flémalle, la chose devient inexprimable et vraiment magnifique. Toute la vallée semble trouée de cratères en éruption. Quelques-uns dégorgent derrière les taillis des tourbillons de vapeur écarlate étoilée d'étincelles ; d'autres dessinent lugubrement sur un fond rouge la noire silhouette des villages ; ailleurs les flammes apparaissent à travers les crevasses d'un groupe d'édifices. On croirait qu'une armée ennemie vient de traverser le pays, et que vingt bourgs mis à sac vous offrent à la fois dans cette nuit ténébreuse tous les aspects et toutes les phases de l'incendie, ceux-là embrasés, ceux-ci fumants, les autres flamboyants. 

    Ce spectacle de guerre est donné par la paix ; cette copie effroyable de la dévastation est faite par l'industrie. Vous avez tout simplement là sous les yeux les hauts fourneaux de M Cockerill. 

    ***

    Voilà comment Victor Hugo, qui traverse la Belgique en 1840, décrit dans une lettre à sa famille le spectacle des hauts fourneaux... 

    Extrait cité dans La Belgique en toutes lettres, tome 3, Tranches de vie, éd. Luc Pire/Espace Nord, 2008, pages 146-147.

    On peut trouver ici un extrait encore un brin plus long: 

    http://expositions.bnf.fr/hugo/pedago/dossiers/voya/textes/44.htm

    hugo,littérature,belge,belgique,lire,lecture,lecteur

    Spectacle extraordinaire pour Hugo mais vie effroyable pour les travailleurs...

    Constantin Meunier, Le puddleur, 1887, source et autres oeuvres ici

  • W comme what else?

    Quoi de plus beau 

    Namur 2016 (4).JPG

    que des arbres et de l'eau 

    Namur 2016 (5).JPG

    du bleu et du vert 

    Namur 2016 (6).JPG

    des nuages dans le ciel 

    Namur 2016 (10).JPG

    et deux yeux pour les contempler 

    Namur 2016 (12).JPG

    photos prises à Namur 

    les 3 et 4 septembre derniers 

    pour le projet du Hibou 

    semaine 39 - verdure

  • R comme repos

    L'amie Anne affirme son bonheur de jardinière 

    2016-08-17 (5).JPG

    et me le fait partager 

    2016-08-17 (1).JPG

    au milieu des fleurs, des fruits, 

    2016-08-17 (3).JPG

    et des légumes. 

    2016-08-17 (9).JPG

    Ici aussi, le chat invite à suivre son exemple 

    cool 

    *** 

    Pour le projet du Hibou 

    semaine 34 - légume

     

  • Y comme y a pas que Marcel

    Deux fois par an, sur la route des Ardennes, en passant devant un lieu qui affiche "le pont romain", nous avions droit à la même anecdote:

    - Marcel, votre femme! lançait mon grand-père, faisant les questions et les réponses comme un véritable stand up comedian.
    - Et bien quoi, ma femme?
    - Mais elle n'est pas avec nous!

    L'anecdote datait du début des années 1960: grand-oncle Marcel, son épouse et sa petite fille étaient sur cette même route des Ardennes, avec mes grands-parents et un couple d'amis, dans deux voitures. Après un arrêt pour admirer "le pont romain", grand-oncle Marcel était reparti sans se rendre compte que son épouse et sa fille n'étaient pas dans la voiture. Jusqu'à ce que l'ami le lui signale. Ils étaient déjà loin, il a fallu faire demi-tour...

    C'était toujours ma grand-mère qui donnait la conclusion de l'histoire:

    - Alors j'ai demandé à Elisa ce qu'elle aurait fait si Marcel avait tardé plus longtemps. "Oh! j'aurais pris un taxi pour rentrer à la maison!"

    Grand-tante Elisa, ne faisant confiance ni aux banques, ni au dessous des matelas, emportait toujours toute sa fortune dans son sac à main. Il y avait de quoi payer un taxi pour faire deux fois le tour de la terre.

    ***

    J'ai toujours trouvé cette anecdote assez incroyable, bien que vraie. Et voilà que je lis ceci: http://www.ladepeche.fr/article/2016/07/19/2387269-oublie-femme-aire-autoroute-pres-viaduc-millau.html 

    ***

    pont romain.jpg

    le pont romain

    source: Jean-Pol GRANDMONT 

    https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=175763

  • Quels ont été tous ces anonymes?

    Hommage

    Annevoie 2016-07-08 (20).JPG

    à tous ces anonymes

    Beloeil 2016-07-07 (49).JPG

    qui pendant plus de 250 ans

    Annevoie 2016-07-08 (26).JPG

    ont planté, soigné, taillé, entretenu

    Beloeil 2016-07-07 (32).JPG

    phots prises à Beloeil et à Annevoie

    les 7 et 8 juillet

    pour le projet du Hibou - semaine 29 - hommage

     

  • M comme miroirs

    Annevoie 2016-07-08 (3).JPG

    Les jardins du château d'Annevoie

    Annevoie 2016-07-08 (4).JPG

    sont traversés par des canaux

    Annevoie 2016-07-08 (5).JPG

    et les dénivellations naturelles

    Annevoie 2016-07-08 (6).JPG

    alimentent les nombreux jets d'eau,

    Annevoie 2016-07-08 (12).JPG

    les cascades de formes diverses

    Annevoie 2016-07-08 (18).JPG

    et de grands miroirs...

    http://www.annevoie.be/ 

    photos prises le 8 juillet

  • J comme jalon

    Annevoie 2016-07-08 (23).JPG

    le 8 juillet
    à Annevoie
    monsieur neveu apprenait enfin
    ses résultats à l'EAF

    un jalon de plus
    dans un parcours scolaire
    qui lui a toujours permis ses propres choix

    girl power2.jpg

    pour le projet du Hibou

    semaine 28 - rouge

  • I comme indiscrétion

    Il suffit d'un affichage de ce genre

    Annevoie 2016-07-08 (24) - Copie.JPG

    pourtant clair, net et à hauteur du regard

    Annevoie 2016-07-08 (24).JPG

    photos prises au château d'Annevoie le 8 juillet

    et film de 1958, Stanley Donen, Indiscreet

     

  • H comme horizons wallons

    L'Adrienne a emmené sa mère et monsieur neveu à la découverte du parc et du château de Beloeil, domaine des princes de Ligne.

    Beloeil 2016-07-07 (1) copie.JPG

    dans le bâtiment à droite, un resto-tea room-snack

    Beloeil 2016-07-07 (4).JPG

    et sa fenêtre des toilettes avec vue tongue-out 

    Beloeil 2016-07-07 (6).JPG

    et voilà deux personnes que vous allez commencer à bien connaître cool 

    Beloeil 2016-07-07 (7).JPG

    des horizons formés de beaucoup d'arbres et de plans d'eau, on ne s'en lasse pas...

    Beloeil 2016-07-07 (9).JPG

    bref, l'Adrienne y a pris une cinquantaine de photos...

    wink

     

     

  • B comme belge

    - Ah! vous parlez le belge?

    nous demandait-on de temps en temps, en France, en nous entendant parler le néerlandais entre nous, l'homme-de-ma-vie (1) et moi.

    J'avais toujours sur moi papier et stylo pour dessiner rapidement une carte de la Belgique, y tracer la frontière linguistique, y situer Bruxelles ainsi que la région où nous habitions. En moins d'une minute au chrono, j'avais fini d'expliquer la situation linguistique, les lois du même nom et leurs conséquences. A la demande, je pouvais aussi en expliquer les origines. (2)

    La routine, quoi.

    - Alors, le belge, ça n'existe pas?

    - Et bien non, ça n'existe pas.

    Par contre, chaque région se fabrique un peu de lexique propre. Si on vit proche d'une frontière linguistique, on emprunte des mots à ceux d'à-côté. Blinquer, c'est briller (en néerlandais blinken) et la dringuelle, c'est l'argent de poche ou le pourboire (en néerlandais drinkgeld).

    Le kot, je ne vous explique plus Langue tirée

    On se fabrique quelques mots "utiles", soit qu'ils manquent à la langue qu'on parle, soit qu'on adopte une belle image, une expression... bien expressive. On va dire qu'il drache quand il tombe beaucoup d'eau d'un seul coup et on va appeler mêle-tout celui (ou celle) qui aime mettre le nez dans nos affaires. Avec le savon on fait une savonnée et avec le torchon (qui est une serpillière) on torchonne.

    Parfois, on bat le beurre: si votre tradition culinaire est différente, vous direz pour la même chose que vous pédalez dans la choucroute, dans la semoule ou dans le yaourt.

     belg.jpg

    en rouge, la frontière linguistique

     marien.jpg

    la Belgique vue par Marcel Mariën
    http://www.ferraton.be/fr/lot/archive/1645855/detail/58/

    Alors j'ai essayé
    de faire un joli petit texte

    dans lequel grand-père Maurice et grand-oncle Emile
    (deux noms masculins se terminant par -e)
    échangeraient quelques vocables belges
    avec grand-tante Elisa et madame Edith
    (deux prénoms féminins ne se terminant pas par -e)
    mais je n'y suis pas parvenue...
    La fiction, ce n'est véritablement pas mon point fort...
    (understatement)

    Grand-oncle Emile ne parlait jamais le français
    Grand-tante Elisa était Wallonne...

    Merci à Joe Krapov
    qui ne manque jamais d'imagination
    ni de verve
    et pardon d'avoir failli à la tâche

    http://krapoveries.canalblog.com/archives/2015/09/27/32689787.html

    ***

    (1) hahaha! ça faisait longtemps, hein?

    (2) en toute partialité impartiale et neutre, bien entendu Langue tirée

  • N comme nationalisme

    D'abord, il y a mon père. Qui s'est trouvé une épouse à sa convenance dans un de ces milieux typiques de ma petite ville pendant les années cinquante: éducation familiale flamande, éducation scolaire francophone. 

    Puis il y a ma tante. Qui à peine âgée de seize ans a rencontré l'homme de sa vie dans cette même petite ville, mais dans un milieu familial et culturel à cent pour cent flamand, alors qu'elle-même poursuivait sa scolarité en français.

    Enfin, il y a mon oncle. Qui à l'âge de trente-cinq ans s'est enfin décidé pour le mariage, après avoir écumé les endroits huppés de la côte d'Azur et de Knokke-le-Zoute. Où il a fini par trouver une Wallonne fraîchement rentrée de dix ans de Congo.

    1962 (1) - kopie.JPG

    Je n'avais pas quatre ans quand elle est entrée dans ma vie et je l'ai tout de suite adorée. Je crois qu'elle s'ennuyait beaucoup et que s'occuper de moi la distrayait.

    Tout dans sa maison respirait l'exotisme. Tout me fascinait. Le tigre en peluche presque aussi grand que moi, la selle de chameau au coussin de cuir rouge, les tables basses en forme de plateau, les tissus africains aux couleurs vives.

    Alors que voulez-vous que je réponde, quand depuis mes douze ans on me demande si je suis Flamande?

    C'est quoi, être Flamande?

  • C comme ciel!

    Ciel! le bel automne que voilà!
    et tous les arbres encore si verts

    Walrus sept 2014 004 - kopie.JPG

    des températures si agréables qu'on apprécie la fraîcheur des sous-bois

     Walrus sept 2014 008 - kopie.JPG

    où on admire les variétés de mousses

    Walrus sept 2014 009 - kopie.JPG

     et de champignons

    Walrus sept 2014 010 - kopie.JPG

    appréciés des limaçons

    Walrus sept 2014 011 - kopie.JPG

     l'Adrienne aime les arbresWalrus sept 2014 016 - kopie.JPG

    et remercie les amis qui l'ont baladée dans la nature
    Bisou 

    Walrus sept 2014 017 - kopie.JPG

     

     

  • H comme heureux qui comme Ulysse...

    Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage

    walrus sept 2013 (2) - kopie.JPG

    ou comme celui-là qui conquit la toison

     

    walrus sept 2013 (6) - kopie.JPG

    et puis est retourné dans sa propre maison

     september 2013 (1) - kopie.JPG

    pour y continuer ses grattages et collages...

    *

    ***

    *

    de tout coeur un grand merci
    aux amis qui m'ont sortie
    tout un week-end de mes soucis
    Bisou 



  • Dernières nouvelles... de 1963

    L’année 1963 en Belgique

    En janvier, l’inflation est de 0,40%... 50 ans plus tard, elle est de -0,02%

    Le 9 février, une émission télévisée récompense les millionièmes possesseurs d’un téléviseur : 10 francophones et 10 néerlandophones ont été tirés au sort puisqu’il était impossible de déterminer qui était le seul et unique millionième. Le prix gagné, à côté de quelques cadeaux, est un séjour à Bruxelles. Trois jours à Bruxelles, dit une gagnante wallonne, quel merveilleux cadeau, je n’y suis encore jamais allée !

    Le 4 mars prend fin une vague de froid qui a duré 73 jours. On a noté une température record de – 16,8°. Le 31 une manifestation est organisée à Bruxelles en faveur de l’unité de la Belgique. Aucun rapport entre les deux événements sauf que l'un comme l'autre reviennent par intermittence.

    Le 24 avril, la Belgique bat le Brésil par 4 à 2 dans un match amical qui a lieu au Heysel. Les trois premiers buts sont marqués par un concitoyen de tante Fé, le quatrième par Paul Van Himst.

    En mai, un avion de la Turkish Airlines dépose les premiers travailleurs turcs sur le sol belge. Le directeur de la mine monte à bord en personne pour se faire photographier au milieu d'eux. Dans leur regard se lit l'anxiété devant ce qui les attend. Ou peut-être était-ce surtout de la fatigue?

    Le 26 juin, lors de manœuvres en Allemagne, un C-119 de l’armée belge est torpillé par un obus britannique malgré le cessez-le-feu. Trente-huit morts.

    Le 21 juillet, Rik Van Looy gagne le championnat de Belgique cycliste sur le tout nouveau circuit de Zolder. Mais le 11 août il se fait doubler par Benoni Beheyt lors du championnat du monde qui a lieu à Renaix. On parle encore aujourd’hui de cette « trahison ». En 1988 la même mésaventure arrivera à Criquielion, poussé par Bauer. Dans cette même bonne petite ville folle de cyclisme.

    Au même moment, les lois concernant la frontière linguistique continuent d’être publiées : celle du 30 juillet règle la langue de l’administration et celle du 2 août la langue de l’enseignement. Avec quelques exceptions pour les communes dites « à facilités linguistiques ».

    Le 2 septembre, le Palais des Beaux-Arts et le théâtre du Rideau de Bruxelles jouent la première de Fantasio, d’Alfred de Musset, avec Philippe Volter dans le rôle du prince de Mantoue. Ensuite la troupe part en tournée en Allemagne et en Belgique. De Liège à Anvers…

    Le 19 octobre naît le prince Laurent, celui que cinquante ans plus tard on appellera « l’électron libre » de la famille royale.

    Le 30 novembre, les éditions Dupuis sortent un nouvel album de Peyo, Les Schtroumpfs noirs.

    Le 13 décembre meurt Hubert Pierlot, premier ministre en 1940 puis chef du gouvernement belge en exil à Londres après une abracadabrante odyssée à travers la France de Pétain, l’Espagne de Franco et le Portugal de Salazar.

    addendum: Pendant tout le mois de décembre, Sœur Sourire est numéro 1 de la vente des disques aux Etats-Unis. Ce fragment de reportage se termine en précisant qu'elle détestait ce nom de scène qu'on lui avait donné, qu'elle le jugeait risible. http://www.youtube.com/watch?v=qUzY-W2klT4

    ***

    Troisième (non-)participation à l'atelier d'été de François Bon.
    La consigne était de relater, pour notre lieu et une époque choisie,
    "tout ce qui résonne du monde extérieur"
    Précédentes (non-)participations:
    - le lieu: http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2013/07/14/l-comme-le-lieu.html
    - le lieu et ses personnages: http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2013/07/26/v-comme-variations-sur-un-lieu-7873039.html 
     

  • W comme wagon de train

    Ils n'ont pas encore douze ans et une valise dans laquelle ils entreraient facilement. Ils font de gros efforts, à trois, pour les hisser au-dessus de leur tête et les déposer dans les porte-bagages. Quand les énormes sacs de voyage leur sont retombés une ou deux fois dessus, quelqu'un se lève pour leur prêter main-forte.

    - De mama's, dit l'un des gamins avec un grand sérieux, die geven ons altijd veel te veel dingen mee...

    Sur le quai, les mamans et les papas, parfois accompagnés d'un petit frère ou d'une petite soeur à l'air un peu perdu, font des saluts que les garçons ne remarquent même pas. Ils s'installent pour le voyage, sortent des paquets de bonbons, discutent comme des grands.

    Quand le train s'ébranle, une grand-mère aux cheveux blancs court le plus longtemps possible en agitant la main.

    Ils seront partis à peine cinq ou six jours pour un camp dans les Ardennes belges et sont entourés d'une petite escouade de moniteurs jeunes, enthousiastes, dynamiques, rigolards.

    - Vous verrez, dit l'un d'eux, là-bas, vous devrez vous débrouiller en français!

    Ils ne savent pas trop s'ils doivent le croire.

    ***

    (1) Les mamans, elles nous mettent toujours beaucoup trop d'affaires

  • N comme neanderthal

    Il y a environ 500 000 ans, cet homme-là vivait dans la vallée de la Meuse, attiré par les silex qu'on y trouvait facilement et par les nombreux troupeaux d'animaux qui y paissaient.

    geen 143 - kopie.JPG

    Il n'avait pas encore découvert les joies de la couture ni celles du tir à l'arc. Ses vêtements étaient drapés et ficelés autour de son corps et il avait besoin de s'approcher de très près de sa proie pour y enfoncer une pique en bois.

    Mais un beau jour, il disparaît au profit de ce monsieur-ci:

    geen 146 - kopie.JPG

    Ses vêtement sont bien ajustés et cousus, tout comme la tente en peaux de rennes (principalement) qui lui permet d'établir rapidement un bon campement. Et surtout, ses armes sont plus perfectionnées et portent beaucoup plus loin.

    Le voici accompagné de madame et du petit prince de la toundra:

    geen 145 - kopie.JPG

    Dans son sac à dos, madame porte des bois de cervidés qui permettront de fabriquer des aiguilles et des harpons.

    geen 144 - kopie.JPG

    Toutes les explications utiles dans un beau document pdf:  http://www.galloromeinsmuseum.be/images/upload/def_gallogidsfr2010.pdf

    page 10: des chasseurs réfléchis et efficaces (Neanderthal)
    page 16: nos ancêtres et leur tente pour quatre personnes
    page 18: nos ancêtres et leur sagaie qu'ils peuvent propulser jusqu'à 70 mètres

    J'ai trouvé ce voyage dans le temps tout à fait fascinant.

  • 7 raisons d'aller à Liège

    La ville est belle, les gens y sont gentils, on y mange bien.

    La gare est magnifique, la vie culturelle intense, les petits commerces de qualité.

    Et puis il y a la Meuse, large et puissante.

    ***

    J'aime Liège. Il y a bien longtemps que je n'y étais plus venue. J'y suis pour une nuit.

    J'ai préféré loger ici plutôt qu'à Tongres... mais chut, ne le dites à personne Cool

    Bon dimanche à vous tous!

  • Adrienne aime les arbres

    En voici quelques-uns, photographiés dans le parc du château de Trazegnies en août dernier:

    Walrus aout 2012 111 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 112 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 115 - kopie.JPG

    ci-dessus et ci-dessous, le platane de la cour, géant âgé de 300 ans...
    voyez le nombres de voitures qui peuvent se garer à l'ombre de ses branches Cool

    Walrus aout 2012 120 - kopie.JPG

    Enfin, encore trois autres beaux exemplaires:

    Walrus aout 2012 119 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 122 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 123 - kopie.JPG

    je suis comme Rob Vanoudenhoven, j'aime la Wallonie Cool
    http://www.youtube.com/watch?v=BLxmmXQqsBQ

  • T comme Thuin

    Dernière étape de l'excursion en Thudinie: la ville de Thuin qui a donné son nom à la région.

    Walrus aout 2012 065 - kopie.JPG

    dans une courbe de la Sambre

    Walrus aout 2012 070 - kopie.JPG

    le beffroi

     Walrus aout 2012 073 - kopie.JPG

     son archange

    Walrus aout 2012 074 - kopie.JPG

    ses mystères

    Walrus aout 2012 077 - kopie.JPG

    ses maisons anciennes
    celle-ci date de 1552 et fait office de Poste

    Walrus aout 2012 078 - kopie.JPG

    ses vignes Cool

    Walrus aout 2012 085 - kopie.JPG

    le chemin de ronde de ses remparts

    Walrus aout 2012 083 - kopie.JPG

    son canon

    Walrus aout 2012 084 - kopie.JPG

     je repense avec gratitude à cette belle journée d'été Bisou

     

     

  • R comme ruines

    Les amis qui m'ont emmenée visiter la Thudinie ont très bien fait et je ne peux assez les en remercier: la région abonde en châteaux, donjons, beffrois, remparts, fortifications, fermes abbayes, églises romanes... (1)

    Mais elle a aussi quelques ruines célèbres et qui valent le détour.

    Par exemple, les ruines de l'abbaye d'Aulne. Ceux que ça intéresse trouveront une belle source d'info ici, avec tout l'historique de l'abbaye jusqu'à sa triste fin à la révolution française: http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2012/09/02/au-pays-des-moines.html

    Walrus aout 2012 108 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 109 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 110 - kopie.JPG

    et puis, dans un coin de l'enceinte, un petit bâtiment joliment entier Cool

    ***

    Ah! c'était un bien bel été qui se termine aujourd'hui...

    (1) j'en ai déjà parlé dans le billet du 4 septembre à la lettre C comme châteaux et celui du 14 septembre à la lettre L comme Lobbes

  • N comme nature, nature...

    Photographier une eau qui court, ce n'est pas à ma portée, mais je continue à vouloir le faire Langue tirée

    Comme lors de cette balade en Thudinie, par exemple:

    Walrus aout 2012 101 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 102 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 103 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 104 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 107 - kopie.JPG

    (toutes les photos sont cliquables)

    Inutile de préciser que la réalité était infiniment plus belle et plus parlante, avec le jeu de l'eau et de la lumière et ces mille petits bruits qui font le silence des forêts...

    Merci pour cette découverte!

  • L comme Lobbes

    Vous vous souvenez de ma balade en Thudinie? C'est ainsi que j'ai découvert Lobbes.

    Walrus aout 2012 047 - kopie.JPG

    la collégiale Saint-Ursmer, fondée au 9e siècle

    Walrus aout 2012 055 - kopie.JPG

    à l'intérieur, une jolie petite crypte

    Walrus aout 2012 049 - kopie.JPG

    un rappel Cool

    Walrus aout 2012 051 - kopie.JPG

    "hodie mihi, cras tibi"

    et une faute d'orthographe "discrètement" rectifiée Langue tirée

    Walrus aout 2012 052 - kopie.JPG

    et dehors un large escalier pour redescendre dans la vallée de la Sambre

    Walrus aout 2012 058 - kopie.JPG

    Vaut le détour Cool

    et pour ceux qui ont raté le début, c'est ici:
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2012/09/04/c-comme-chateaux.html

    MERCI!

  • C comme châteaux

    - Ça te dirait de visiter la Thudinie?
    - La Thudinie? Je ne connais pas du tout!

    Nous avons un pays grand comme un mouchoir de poche et je ne sais pas où est la Thudinie...

    J'apprends que c'est la région de Thuin, donc dans la province du Hainaut. Bien sûr que ça me dit de visiter la Thudinie! Et heureusement que j'ai des amis qui me font découvrir les beautés de la Belgique Cool

    C'est avec un grand sentiment de gratitude que je vous montre quelques photos que j'ai prises de deux châteaux:

    Château numéro un

    Walrus aout 2012 094 - kopie.JPG

    ceux qui connaissent son nom peuvent me le dire - LOL - j'ai oublié de le noter Incertain

    Walrus aout 2012 095 - kopie.JPG

    cette photo est cliquable et devrait s'ouvrir en grand dans une nouvelle fenêtre pour une meilleure lisibilité

     Walrus aout 2012 096 - kopie.JPG

     Walrus aout 2012 100 - kopie.JPG

    Château numéro deux

     Walrus aout 2012 113 - kopie.JPG

    l'entrée du château de Trazegnies

    Walrus aout 2012 117 - kopie.JPG

    le château et le donjon qui se trouve à sa gauche

    Walrus aout 2012 121 - kopie.JPG

    Walrus aout 2012 125 - kopie.JPG

    la vue depuis la rue... ah! le bel été!

     Pour ceux que ça intéresse: http://www.visitthudinie.be/



  • W comme wagon de train

    C'est souvent amusant d'entendre des étrangers s'exprimer sur les Belges et la Belgique.

    Comme ce jeune couple d'Allemands. Ils sont montés dans le train après moi. En examinant le wagon, le jeune homme dit à sa compagne:

    - Attends, je crois qu'ici on est en première classe...

    Je ne sais pas à quoi il s'attendait dans nos trains belges: il y avait bien longtemps que celui-ci était sorti des usines, trop longtemps pour penser que ce wagon était le summum de notre confort ferroviaire.

    Cependant, je me suis dit "mêlons-nous-en" et je leur ai fait un:

    - Nein!

    Je ne parle pas allemand mais je sais tout de même dire "nein" Langue tirée Et j'ai levé deux doigts à la Churchill pour leur faire comprendre que nous étions en seconde classe.

    Après, je l'ai entendu expliquer à sa copine qu'il y avait deux sortes de Belges, les Wallons qui ne parlent pas du tout allemand et les Flamands qui parlent... une sorte d'allemand.

    J'aurais aimé savoir dans quelle catégorie il m'avait rangée (1) mais je me suis tue. J'ai préféré en rire. Discrètement, bien sûr.

    J'aurais peut-être dû leur suggérer d'aller du côté de Saint-Vith?

    C'est très joli, par là, et il y vit une sorte de Belges qui parlent vraiment allemand Cool

    ***

    (1) c'est encore le coup de Daninos: si vous divisez le monde en deux, vous obtenez forcément une troisième catégorie; dans ce cas-ci, une sorte de Belges qui comprennent l'allemand sans être capables de le parler Clin d'œil

  • G comme gibier et G comme grand-père!

    Le programme est terminé, l'année scolaire quasiment, je peux donc utiliser les heures qui nous restent pour "exercer les compétences" sans avoir de nouvelle matière à faire ingurgiter.

    Exercer les compétences, ça veut tout simplement dire qu'on a le temps de parler, d'écouter un reportage, de lire un texte juste pour le plaisir.

    Le premier juin, j'avais choisi un article sur la Wallonie, "cette belle inconnue". L'entrée en matière qui s'imposait d'elle-même était la suivante:

    - La Wallonie: à quoi est-ce que ça vous fait penser spontanément?

    Ils me regardent. Certains ont l'air étonnés. D'autres lèvent déjà la main.

    - Non, non, mettez cinq mots sur papier, je vais faire de même... puis on verra ce que ça donne.

    Ils sortent une feuille et se mettent à écrire. J'en vois qui lèchent leur crayon, le regard au plafond, après seulement deux mots. D'autres griffonnent interminablement, visiblement très inspirés. Moi aussi: les Ardennes, mon grand-père, les restaurants, le gibier, la descente de la Lesse en kayak, ...

    Mais vous voulez savoir ce que ça a donné avec mes élèves de Terminale?

    Les premiers mots qui sont sortis "spontanément" concernaient la politique: "séparatisme" et frontière linguistique ainsi que le nom des politiciens wallons dont on parle le plus (Elio di Rupo, Joëlle Milquet, Didier Reynders et l'inévitable Daerden sur qui chacun a vu les effets de l'eau ferrugineuse, merci Youtube)

    Ensuite des noms dans le domaine sportif, Standard de Liège en tête.

    Leurs connaissances de la Wallonie touristique et gastronomique sont assez limitées: le Borinage, Liège (et ses gaufres), les Ardennes (et les restaurants à gibier pour mon grand-père), les camps avec les scouts...
    Une élève a des parents cultivés, ils sont allés au Grand-Hornu et à Villers-la-Ville.

    Quelques-uns ont de la famille en région francophone. A commencer par Y*** mais avec elle, c'est pas de jeu, elle a aussi de la famille en Hollande, en France, en Allemagne, ... Et au Maroc Clin d'œil

    Ce qui nous amène aux gens: les Wallons sont plus gentils, pensent mes élèves, plus sociables. Ils vivent bien, ils sont plus au calme, ont plus d'espace. Les hommes se font la bise, me dit un autre... et on termine ce petit tour d'horizon en rigolant.

    ***

    Après, avec l'article que j'avais choisi, on est un peu sortis des clichés, puisqu'il s'agissait de nouvelles technologies.

    A Mons, I-Movix et ses caméras en "extreme slow motion", à Liège, Deltatec et ses logiciels permettant (entre autres choses) l'arbitrage vidéo et bien sûr le pôle d'entreprises spécialisées dans la technologie de l'espace qui se sont installées autour de l'Euro Space Center de Redu.

    Pour ceux que ça intéresse, il y a ces liens http://www.i-movix.com/ et http://www.deltatec.be/

     ***

    Je ne sais pas si j'aurai réussi à leur donner une vue un peu plus nuancée de nos voisins wallons, mais en tout cas j'aurai essayé Sourire et je suis sûre que la petite Wallonne de la classe l'aura apprécié Bisou

    ***

    Et vous, à quoi pensez-vous "spontanément" à l'évocation du mot Wallonie?